C S A P A - CREUSéADD

Centre de Soins d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie

La Cocaïnecocaine1

Forme sel (hydrochloride) ou cocaïne poudre
Extraite des feuilles de cocaïer. Fine poudre blanche, cristalline et sans odeur. Souvent consommée par voie nasale.

Forme base ou crack (la freebase)
Ce sont des cristaux obtenus par chauffage d'un mélange de cocaïne, de bicarbonate de soude et /ou d'ammoniaque. Le crack est fumé après avoir été chauffé.



Mécanisme d'action

Blocage de la recapture d'un certain nombre de neuromédiateurs, en particulier la dopamine.

Effets psychotropes

Effet excitant immédiat accompagné d'un sentiment de puissance intellectuelle et physique avec indifférence à la douleur et à la fatigue :

  • stimulant
  • euphorisant
  • sensation de « bien-être », facilitation relationnelle, hypervigilance = la fin de l'activité du produit se traduit par une anxiété incitant à utiliser à nouveau du produit
  • si dose importante = agitation psychomotrice intense.

cocaine2
La cocaïne (chlorhydrate de cocaïne) : degré de pureté entre 30 et 99 % au départ, alors qu'il est de moins de 15 % sur le marché illicite, coupé par sucre, anesthésique...

Le crack : cocaïne de base très pure, contenant environ 80% de cocaïne. Surtout fumé, soit pur, soit mélangé à du tabac ou du chanvre.

 

 

Mode d'emploi :

  • sniffée (cocaïne)
  • fumée (crack)
  • injectée

Effets en quelques minutes.
Durée = 15 à 30 minutes lorsque la cocaïne est sniffée.

Le crack a un effet plus intense et bref (5 à 10 minutes = « effet flash ») quand il est fumé car il est absorbé à travers la membrane des alvéoles pulmonaires, puis passe dans la circulation artérielle et atteint le cerveau en 6/7 secondes.

L'état euphorique cède progressivement la place à un état anxieux et dépressif que certains apaisent par une nouvelle prise ou par une consommation d'héroïne ou de médicaments psycho actifs.

Effets addictifs

La cocaïne est l'une des drogues les plus addictives : elle provoque une dépendance psychique importante, tant le besoin d'en reprendre est intense. En revanche, la dépendance physique est faible, avec absence de symptômes physiques de sevrage net.

Le pouvoir addictif du crack est très important.


Traitement / Sevrage

Il n'existe pas de traitement de substitution.

Chez l'usager de cocaïne : le sevrage n'entraîne pas de syndrome de manque avec symptômes physiques graves ; il produit un état dépressif du à la baisse de dopamine.
La durée de ce syndrome de manque varie de 4 à 6 heures.
Il peut survenir des douleurs diffuses, toujours d'intensité modérée.

Chez l'usager de crack : Lors de l'arrêt : descente dont les symptômes sont intenses au début (d'une demi-heure à quelques heures) puis s'atténuent sur 1 à 2 semaines, suivis d'un syndrome de manque de 1 à 10 semaines avec anxiété, agressivité, apathie, dépression pour certains. Il y a également, des douleurs diffuses associées.

Toxicité

Lésions perforantes de la cloison nasale
Risques infectieux (VIH, VHC, VHB)

cocaine3